Masque suspendu au rétro: gare aux amendes

Les prix des protections faciales se sont gentiment normalisés. Actuellement, on peut en trouver pour environ 30 centimes la pièce. Mais la facture s’annonce salée pour ceux qui les rangent de manière inappropriée dans leur voiture.

Twitter@Eden-Lina

Ces dernières semaines, de plus en plus de cantons ont introduit le port du masque obligatoire dans les commerces. Du coup, nombre de personnes en ont toujours un sous le coude, notamment en voiture, quand elles vont faire leurs courses. Il n’est donc pas rare de voir régulièrement des masques suspendus au rétroviseur, rapporte ce lundi «Blick». Un phénomène a priori banal, qui déplaît pourtant aux forces de l’ordre.

Interrogé par le journal, Florian Schneider, porte-parole de la police cantonale saint-galloise, rappelle: «Tout ce qui pend au rétroviseur obstrue la vue du conducteur et le distrait.» En effet, les règles sont claires, précise la porte-parole de la police bernoise, Jolanda Egger: «L’automobiliste doit à tout moment pouvoir voir un objet se trouvant à 12 mètres devant lui.»

Les corps de police interrogés assurent qu’ils ne scrutent pas spécifiquement les masques suspendus aux rétroviseurs pour coller des amendes. «Mais si une patrouille constate une telle situation pendant un contrôle, elle est obligée de le signaler», affirme Florian Schneider. Selon lui, une plainte est alors déposée auprès du Ministère public compétent. C’est lui qui décidera de la sanction. «Avec les frais de procédure, le montant à payer peut rapidement grimper à plusieurs centaines de francs». Pire encore: le rapport de police est également transmis à l’office cantonal de la circulation, qui peut décider des mesures administratives comme par exemple un retrait de permis.

Contacté, le Bureau de prévention des accidents estime lui aussi qu’accrocher un masque au rétroviseur n’est pas une peccadille: «Une bonne vision en voiture est déterminante. Tous les objets qui obstruent la vue représentent un risque d’accident potentiel», note la porte-parole Mara Zenhäusern.

Pour finir, aucun corps de police interrogé par «Blick» n’a précisé si et combien d’automobilistes ont déjà été dénoncés pour avoir transporté leur masque de la sorte.

Jeunes conducteurs menacés sur les routes

En moyenne, 37 morts sont enregistrés chaque année parmi les 18-26 ans. Le bureau de prévention des accidents veut de nouvelles mesures.

Les jeunes conducteurs sont particulièrement en danger sur les routes suisses: 37 morts sont enregistrés chaque année en moyenne parmi les 18-26 ans. Le bureau de prévention des accidents veut minimiser les risques avec de nouvelles mesures de prévention.

 

Le nombre d’accidents de moto et de voiture de cette catégorie d’âge est plus élevé que la moyenne, explique le bureau de prévention des accidents (bpa) dans un communiqué diffusé jeudi. Les raisons sont multiples. Souvent il manque de l’expérience et de la routine à ces conducteurs; ce sont des facteurs essentiels à la sécurité sur les routes.

Par ailleurs, les 18-26 ans mûrissent encore. Ils ont tendance à se surestimer, à adopter des comportements risqués et à consommer de l’alcool, selon le bpa. Ils sont aussi distraits par l’utilisation des téléphones portables, la présence d’autres jeunes dans la voiture, la pression du groupe ou la recherche de sensations fortes; en particulier chez les hommes.

Sensibiliser les jeunes

La formation à la conduite joue un rôle essentiel afin d’éviter les accidents parmi les jeunes automobilistes, estime le bpa. Une sensibilisation aux thèmes de la vitesse, de l’alcool, de la distraction au volant ou de l’influence des passagers est essentielle.

L’utilisation des assistants de conduite doit aussi faire partie des cours. Les technologies de sécurité doivent être encouragées, notamment l’assistance au freinage d’urgence.

En décembre 2018, le Conseil fédéral a décidé de réduire la formation complémentaire des jeunes conducteurs à un jour. Les aspirants conducteurs pourront aussi, avec un accompagnant, se mettre derrière le volant dès 17 ans. Des abaissements d’âge sont également prévus au 1er janvier 2021 pour les motocyclistes.